Ils ont lu DES ECLATS D'UNIVERS, ils en parlent

 

 

Philippe Desterbecq 

philippedester.canalblog.com

 

         Voici un recueil de nouvelles que je recommande à tous les amateurs du genre ; ils ne pourront qu'apprécier ces onze textes écrits avec brio.

Si je juge la qualité d'une nouvelle par sa chute, mon jugement fut très différent à la lecture de la première "L'héritier des Lazennec" (qui reste ma préférée) car, si l'histoire se termine de manière inattendue, c'est à une multitude de rebondissements que l’auteur nous invite. De page en page, l’auteur surprend son lecteur qui croyait avoir tout compris dès le début mais qui, en fait, était loin d'imaginer les causes de la fuite de l'héroïne…/…

         Vient ensuite une série de textes de longueurs différentes …/… mais tous écrits de main de maître !

 

         J'aime le style de l’auteur, j'aime les mots qu'elle choisit, la poésie qui se dégage de ceux-ci, j'aime l'ambiance qu'elle arrive à mettre dans ses histoires, bref, je suis conquis par ces nouvelles.

 

         Si j'avais déjà apprécié le premier recueil de l'auteure, parisienne d'origine mais qui vit à Nantes "Un, deux, trois, soleil", je trouve ce nouveau recueil encore supérieur.

 

         Je ne vais pas vous résumer chaque texte mais vous offrir quelques extraits qui vous permettront de découvrir le style de Josy Malet-Praud si vous ne connaissez pas encore son talent.

         La Scavia sait que son mari a été dénoncé et qu'il sera arrêté s'il ne fuit pas : "Je savais qu'ils venaient pour lui. Giovanni, l'opposant au régime fasciste du Duce, l'empêcheur de couler au fond du bouillon sulfureux de la dictature annoncée, le second nom sur la liste des condamnés à mort en ce mois de décembre 1922 à Torino, capitale industrielle du Piémont. "

 

         Au pays des Ràmon, Roxana et Léo pourront-ils défier le destin et s'aimer malgré la malédiction qui pèse sur les filles Ràmon? : Dans la baraque abandonnée, à l'extrême limite de l'effondrement depuis la mort d'Inès l'Envoûteuse, sous les poutres infestées d'une kyrielle d'insectes, dans cette icône de la désolation, les âmes sulfureuses de cinq générations de sorcières attentives s'agitent. Des ombres fébriles s'impatientent..."

 

         Voyez l'ambiance particulière qu'a su créer Josy Malet-Praud dans "La brune des acacias" : Le couloir s'étirait sous l'œil inquisiteur d'une grosse veilleuse. L'iris blafard tachait la nuit au-dessus de la porte coupe-feu du couloir 24. Une lueur mi-chienne mi-louve de mauvais augure. Une clarté trouble, oppressante comme celle diffractée par les abysses artificiels d'un aquarium géant. Reflets d'un farfadet sans relief, les contours nébuleux de l'intruse glissaient sur les murs coquille d'œuf de la galerie déserte. La dernière porte, tout au bout, bâillait sur les ténèbres, seulement trahie par le faisceau d'une lampe de bureau. Le contact des semelles sur le sol plastifié altérait un silence de cimetière, dispersant dans l'espace confiné une théorie de suçotements malsains et de baisers suspects."

 

         Onze nouvelles qui vous séduiront sans aucun doute dans ce recueil à lire et à relire. A bon entendeur... 

 

 

 

Edmée de Xhavée

http://edmee.de.xhavee.over-blog.com/

 

         J’ai découvert le deuxième ouvrage de Josy Malet-Praud: un recueil de onze nouvelles –dont trois primées lors de concours.

Onze histoires très différentes qui mèneront le lecteur de la Bretagne profonde à l’Italie, en passant par le quartier du Marais à Paris. Onze plongées dans des vies, minutieusement et finement observées par l’auteur, qui dérapent. Onze portraits criants de vérité ET onze surprises car Josy Malet-Praud maîtrise l’art de la chute.        J’ai cru comprendre, j’ai imaginé deviner et elle a réussi à me surprendre à chaque histoire. Une professionnelle de la fausse piste. Arrivée au terme de certaines nouvelles – mince alors, elle m’a eue- je suis repartie au début et ai repris ma lecture à la lumière du dénouement. Ah oui, les indices sont bien là !!!

 

         Quelle aventure que de lire le deuxième livre d’un auteur. J’ai retrouvé le style fluide et maîtrisé, le souci pointilleux du mot et une écriture au service du rythme de l’action. Brève et dynamique ou ralentissant et se teintant de poésie lorsque nécessaire. Le lecteur est entraîné par des descriptions précises et des images fortes.

         J’ai retrouvé aussi le goût prononcé de l’Homme, l’humain. Coincé dans une vie étriquée, étouffé sous le poids des héritages familiaux mais aussi héros, aventurier du quotidien. Des personnages éclatants de vie, de vérité, qui prennent aux tripes, qui amènent à sourire et, l’air de rien, posent des questions essentielles sur notre société.

 

         Souvent, lorsqu’un livre me plaît, je me demande pourquoi. Et j’ai fini par comprendre qu’un des ingrédients est lorsque l’auteur aime ses personnages. Chez Josy Malet-Praud, le goût pour les personnages est un moteur essentiel et un vecteur d’émotions.

         Pour terminer, voici la première phrase de la première nouvelle : « Personne ne se rend jamais par hasard dans le village de Quervennec. » : je vous laisse avec ce premier frisson. Vous en connaîtrez d’autres en lisant Des Eclats d’Univers…

 

Extraits : cliquer sur les livres

Editions Chloé des Lys ISBN 978-2-87-459-473-1
Editions Chloé des Lys ISBN 978-2-87-459-473-1
Editions Chloé des Lys ISBN 978-2-87-459-595-0
Editions Chloé des Lys ISBN 978-2-87-459-595-0